Conférences Franciscaines

Image

Publicité

En attente dans l’Espérance de notre Sauveur Jésus Christ

Image

Célébrer Noël avec les franciscains de Narbonne:

Samedi 24 décembre:

17h:messe des familles à l’église Saint Bonaventure

18h: messe des familles à l’église St Martin de Cuxac d’Aude.

18h30: messe à l’église Saint Jean – Saint Pierre

00h00: Messe à l’église Saint Bonaventure.

Dimanche 25 décembre:

10h30: Messe du jour de Noël à l’église Saint Bonaventure.

18h30: Messe à l’église Saint Bonaventure

Confession: Jeudi 22 décembre de 17h45 à 18h30

tous les jours de 9h à 12h et de 15h à 18h.

Célébration de la fête de l’immaculée Conception, suivie d’une possession à la grotte de lourdes église Saint Bonaventure Narbonne

La dévotion de Saint Maximilien Kolbe

Parmi les nombreux mystiques qui se sont tournés vers la Vierge Immaculée, une place particulière revient à Maximilian Maria Kolbé (1894-1941). Le franciscain conventuel polonais qui offrit de prendre la place d’un père de famille destiné à mourir dans le camp de concentration d’Auschwitz.

Kolbe, en effet, fonda en 1917 avec quelques confrères franciscains la « Milice de l’Immaculée » à laquelle il d’adressa ainsi : Qui es-tu, ô Dame? Qui es-tu, ou Immaculée? Nous sommes incapable d’examiner adéquatement ce que signifie être « la créature de Dieu ». Cela dépasse déjà mes forces de comprendre ce que signifie être « la créature de Dieu ». Mais toi, ô Immaculée, qui es-tu? Tu n’es pas seulement une créature, tu n’es pas seulement une fille adoptive, mais tu es la mère de Dieu. Et ce n’est pas seulement une hypothèse, une probabilité, mais une certitude, une certitude totale, d’un dogme de foi… Es-tu encore la Mère de Dieu? Le titre de mère ne subit pas de mutations. Pour l’éternité Dieu t’appellera : « Ma mère » … Celui qui a établi le quatrième commandement, te vénérera dans l’éternité, toujours… Qui es-tu, ô divine? Lui-même, le Dieu incarné, aimait s’appeler: « Fils d’homme » … Mais les hommes ne l’ont pas compris. Et aujourd’hui encore, combien peu d’âmes le comprennent, et combien elles le comprennent imparfaitement ! … Permettez-moi de vous louer, ô Vierge Immaculée(…).