Vendredi 19 juin 2020 : Le Sacré-Cœur

On pense généralement que le culte du Sacré-Cœur est une dévotion.

En fait elle constitue une véritable Théologie qui trouve sa source dans l’Ecriture.

Dans l’ancien testament, les prophètes parlent des « entrailles de Dieu ». Dieu aurait donc une sensibilité qui traduit à bien des égards son Amour pour l’Homme et la création et sa miséricorde pour les pécheurs.

Dans l’évangile de Matthieu (11) Jésus dit qu’il est « doux et humble de Cœur. »

Dans celui de Jean, celui-ci se penche sur la poitrine de Jésus durant la Cène, et au chapitre 19, le centurion transperce le cœur du Christ d’où sort du sang et de l’eau). C’est cette plaie du côté que Thomas touche à l’invitation de Jésus.

L’interprétation de ce geste donnera lieu à l’interprétation de Paul selon la quelle du côté transpercé du nouvel Adam naît la nouvelle Eve (l’Eglise) par le jaillissement des sacrements : l’eau du baptême, le sang de la messe.

Au XIIème siècle, Saint Bernard de Clairvaux insiste sur l’Humanité du Christ et développe le fait qu’à travers le Cœur humain de Jésus, Dieu aime l’humanité.

Au XIIIème siècle, St François d’Assise aime à se retirer dans les anfractuosités rocheuses se considérant à l’abri des plaies du Seigneur. Il prêche l’amour de Dieu et reçoit les stigmates dont celui de la plaie du côté.

Ensuite, avec les apparitions à Marguerite-Marie Alacoque au XVIIe siècle, une dévotion populaire prend son essor avec la Fête du Sacré-Cœur et le sanctuaire de Paray-le-Monial.

Ce qu’il faut retenir de cette fête est la considération que Jésus-Christ, Dieu fait homme, possède un cœur qui bat, qui aime, qui compatit. Que cet amour est source de notre joie et de notre espérance.

Cette année correspond au centième anniversaire de la dédicace de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, lieu d’adoration du St Sacrement, ininterrompue depuis, même durant les bombardements de la dernière guerre et récemment durant le confinement. St Thérèse de l’Enfant-Jésus et le Bx Charles de Foucauld s’y sont recueillis.

Bonne fête du Cœur de Jésus à tous.

La prière des évêques de France au Sacré Coeur

 

Seigneur Jésus,

notre lumière, notre force, notre paix, notre joie,après ces mois d’épreuve sanitaire,

en communion avec tous nos frères et sœurs dans la foi,nous nous confions à toi.

Nous te confions ceux qui sont morts et ceux qu’ils laissent dans le chagrin.

Nous venons aussi te rendre grâce et te confier notre pays.

Sois béni d’avoir été à nos côtés alors que nous traversions l’épreuve de la pandémie, comme tu nous as protégés en bien d’autres circonstances de notre histoire.

Sois béni pour la prière que ton Esprit a maintenue vivante alors que ceux qui croient en toi ne pouvaient se rassembler pour te célébrer.

Sois béni pour les multiples gestes fraternels à l’égard des plus démunis et pour le dévouement des soignants et de tous ceux qui, dans la discrétion, ont permis notre vie quotidienne.

Sois béni pour l’accompagnement des malades et le soutien aux familles éprouvées.

Sois béni pour l’engagement de ceux qui doivent veiller sur toutes les composantes de notre communauté nationale.

Nous t’en prions,accorde maintenant à tous la grâce du discernement et de la détermination pour mettre en œuvre les conversions nécessaires et faire face aux difficultés économiques, aux défis et aux opportunités de la période à venir.

À chacun des membres de ton Église,accorde d’être attentif à tous et d’annoncer ton Évangile.

Seigneur Jésus,remplis-nous de l’amour qui jaillit de ton Cœur transpercé, libère-nous de toute peur, fais de nous des témoins de l’espérance dont tu nous rends capables, jusqu’au  jour où tu nous accueilleras dans la Cité céleste.

AMEN.

 

Messe d’action de grâces de fr. François : Musclez votre vie intérieure pour rayonner à l’extérieur !

Ce dimanche 1er juillet, fr. François a célébré une messe d’action de grâces, alors qu’il partira pour Lourdes le 1er septembre. Notre église était comble pour vivre ce moment fort avec lui et le remercier pour tout ce qu’il nous a donné. Vous pouvez retrouver ici son intervention, où il a exprimé ses remerciements et est revenu pour nous sur ses 24 ans de présence à Narbonne ainsi que sur les différentes étapes de sa mission dans notre paroisse, notre diocèse et la custodie de France – Belgique. Les derniers mots de son homélie ont été pour encourager et exhorter :

« N’arrêtez pas de rêver, de proposer. Dépassez la tentation de la nostalgie et de la lamentation. Au contraire, ‘talitha koum‘ : oui ! Relevez, vivez, apportez amour et joie à la paroisse. Musclez votre vie intérieure pour rayonner à l’extérieur. […] Les traces de ce que nous avons construit ensemble restent. Continuez à écrire l’histoire avec votre créativité. L’Esprit est à l’œuvre… Bonne route ! »

Vous pourrez écouter les remerciements exprimés par fr. Charles et Gérard Leroy au nom de toute la communauté. Compte tenu de la qualité de son parfois quelque peu capricieuse, nous avons joint le texte de ces deux interventions (voir ici). Notre album-photo en ligne vous permettra de revivre ce moment fort en images : un grand merci à nos photographes. Enfin, nous vous proposons de retrouver les articles parus récemment en cliquant ici et .

Un grand merci pour tout, fr. François !

♦ Remerciements de fr. François :

♦ Remerciements de fr. Charles : texte disponible ici.

♦ Remerciements de Gérard Leroy : texte disponible ici.


‘J’entendis alors la voix du Seigneur qui disait : « Qui enverrai-je ? Qui sera notre messager ? » Et j’ai répondu : « Me voici : envoie-moi ! »’
Livre d’Isaïe, chapitre 6, verset 8.


Jean-Baptiste, le dernier prophète de l’Ancien Testament : homélie pour sa nativité

Dimanche 24 juin, nous avons célébré une belle fête : celle de la Nativité (c’est-à-dire la naissance) de Saint Jean Baptiste. Jean le Baptiste est le dernier des prophètes de l’Ancien Testament avant la manifestation de Jésus comme le Messie. Il annonce que ‘les temps sont accomplis’ : l’ère de la justice où l’homme ne pouvait plus voir le visage de Dieu sans mourir est révolue. C’est maintenant le temps de la Miséricorde : Jésus vient révéler le vrai visage de Dieu, celui de l’Amour. Jean est le précurseur. C’est lui qui ouvre la route à Jésus, en préparant le peuple d’Israël à sa venue. Comme lui, nous sommes tous appelés à être des ‘Jean-Baptiste’, c’est-à-dire des personnes qui préparent les chemins du Seigneur à la fois en eux-mêmes et pour les autres. C’est dans cet esprit que nous vous proposons ici de retrouver l’homélie prononcée par Bertrand Caux, diacre permanent, dans notre église en cette belle fête. Vous pouvez aussi méditer sur la vocation de Saint Jean-Baptiste (et la nôtre) en suivant ce lien.

« Je vous le dis : parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne n’est plus grand que Jean ; et cependant le plus petit dans le royaume de Dieu est plus grand que lui. » (Lc 7, 27 – 28).

Homélie pour le 10e Dimanche du temps ordinaire : pour être renouvelé de jour en jour dans l’Amour!

Après le Temps Pascal qui s’est conclu par la fête de Pentecôte, après la Sainte Trinité, le Saint Sacrement et le Sacré-Cœur qui sont des fêtes fortes, nous voici maintenant de retour dans le Temps Ordinaire. Le Temps Ordinaire est le temps de tous les jours… c’est le temps que nous donne le Seigneur pour aimer… non pas avec notre tête mais avec des actes et en vérité comme le dit Saint Jean (1 Jn 3, 18). La Parole de Dieu que l’Église nous a proposée en ce 10e Dimanche du Temps Ordinaire nous a justement provoqués sur ce terrain souvent délicat. Les textes que nous avons médités (voir ici) nous ont ramenés à la faute originelle, cette blessure qui instille le doute et l’accusation (cf. 1e lecture), et qui vient par là-même engendrer la peur et empoisonner les relations avec Dieu et avec les autres. Que faire ? Comment être facteur de paix et de communion ? Fr. François revient sur tout cela dans son homélie et nous ouvre à l’espérance. Nous vous souhaitons une bonne écoute et une bonne méditation.



« C’est pourquoi nous ne perdons pas courage, et même si en nous l’homme extérieur va vers sa ruine, l’homme intérieur se renouvelle de jour en jour. »
Saint Paul, 2e lettre aux Corinthiens (2 Co 4).

Le Magnificat : pour s’inscrire dans la gratitude…

En fin de semaine dernière, nous avons célébré une belle fête, celle de la Visitation. Elle fait mémoire de la visite que rendit Marie, peu après l’Annonciation, à sa cousine Élisabeth, qui était enceinte de Jean-Baptiste, alors qu’elle n’avait plus l’âge d’enfanter. Inspirée par l’Esprit Saint, Élisabeth reconnaît en Marie la mère du Christ. C’est à ce moment que Marie prononce son Magnificat. Le récit est donné dans l’Évangile selon Saint Luc (chap. 1, versets 39 et suivants). Avec un peu de retard, nous vous proposons de retrouver ici l’homélie que fr. Paul, alors de passage dans notre couvent pour quelques jours, a prononcée à cette occasion. Elle nous invite à rentrer dans la gratitude : une invitation à honorer tous les jours ! Nous vous souhaitons une bonne lecture.


Le ‘Magnificat’ est un hymne qui chante la gratitude personnelle de la mère de Jésus, pour l’accomplissement des promesses de l’Alliance, en faveur de tout le peuple de Dieu. Marie est la figure exemplaire du croyant… de celle ou de celui qui fait confiance à Dieu, qui se met à l’écoute de la volonté de Dieu, qui se rend disponible au Seigneur. Dans sa prière, Marie fait preuve de reconnaissance. Elle rend grâce à Dieu pour sa bonté et sa sollicitude… elle exprime sa joie. Sa prière d’exaltation est une manière de remercier Dieu pour sa bonté et sa confiance. Elle manifeste à travers ses mots qui est Dieu pour elle.

Bien souvent, par fatigue, par habitude ou lassitude, il nous arrive de voir tout ce qui ne va pas bien : notre solitude, nos angoisses, notre fatigue, notre corps qui perd ses forces face à la maladie ou la vieillesse, des amis ou des proches qui disparaissent, le journal télévisé qui montre la laideur et la souffrance du monde… Alors parfois, plutôt que de voir le verre à moitié vide, ne pourrions-nous pas essayer de faire comme Marie, qui choisit de s’inscrire résolument dans la gratitude… qui veut voir le bonheur qu’il y a d’être vivant, tout en se sachant aimé(e) de Dieu. Bien sûr, il ne s’agit pas d’être naïf ou inconscient, mais d’oser la confiance… de croire que Dieu est là, qu’Il nous soutient, que sa Parole s’accomplit… malgré les malheurs et les maux de l’existence. C’est ce que fait et vit Marie dans sa relation à Dieu. Elle nous apprend la force de la confiance et de la gratitude.

Le ‘Magnificat’ nous redit que Dieu ne tient pas compte de nos titres, de nos mérites, de nos réussites à vues humaines, pour nous aimer. Au contraire, il balaie toutes nos étiquettes et nos critères de jugement. Il exalte notre petitesse et rassasie nos faims.

Comme Marie… c’est seulement dans notre humanité, au cœur de notre vulnérabilité et de nos fragilités, que nous pouvons oser faire confiance à Dieu et le rencontrer, pour recevoir son amour. Parce que nous nous savons pauvres, nous pouvons accueillir sa Parole en Jésus Christ.

L’expérience de Dieu est la source du témoignage.

Comme Marie… laissons son Esprit Saint nous habiter, nous relever et nous transformer.


 

Homélie pour le 6e Dimanche du Temps Pascal : aimer avec l’Amour de Dieu…

Ce dimanche 6 mai, une trentaine d’enfants de notre église ont fait leur première communion (cf. photos ci-après que vous pouvez agrandir en cliquant dessus. Un grand merci à notre photographe!). Ils ont reçu Jésus pour la première fois pendant l’eucharistie dominicale. A cette occasion, nous avons écouté des textes forts (cf. ici) qui nous provoquent car ils sont centrés sur l’amour. Ce dimanche était aussi l’avant-dernier dimanche du temps pascal. Dans quelques jours nous célébrerons l’Ascension puis Pentecôte. Ces deux fêtes sont extrêmement importantes car elles nous montrent la sollicitude, l’amour de Jésus pour nous : il repart vers le Père (c’est l’Ascension) mais ne nous laisse pas orphelins avec la venue du Saint Esprit (c’est la Pentecôte). Nous vous proposons ici de retrouver l’homélie prononcée par fr. François. Il est revenu pour nous sur l’importance, pour ne pas dire la centralité, de l’amour dans notre vie. Non pas un amour superficiel, mais un amour profond, véritable, qui n’a pas de frontière. Un amour qui donne la vie. L’enjeu de notre vie est d’apprendre à aimer, non pas avec notre propre amour humain trop limité, mais avec celui du Seigneur. C’est pourquoi Jésus dans l’Évangile nous invite à « aimer comme il nous as aimés ». Il s’agir d’un chemin exigeant qui nous fait passer de la mort à la vie et nous ouvre les portes du bonheur véritable et de la liberté. Un chemin pascal en somme ! Pour approfondir, retrouvez l’homélie de fr. François ci-après.


Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. […] Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. […] Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. […] Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. » (Jn, 15).

Homélie pour le 5e Dimanche du Temps Pascal : être un signe de l’Amour de Dieu dans le monde

Ambon et Cierge Pascal

Nous avons célébré le 5e Dimanche du Temps Pascal, un temps très particulier où nous faisons plus particulièrement mémoire de la Résurrection de Jésus. Il s’étend de Pâques à Pentecôte. Les lectures que nous avons écoutées pendant l’Eucharistie sont riches et denses (voir ici). Le frère François dans son homélie a souligné trois aspects importants pour notre vie personnelle et communautaire :

  • « l’accueil » : savons-nous accueillir l’autre, le différent de nous?
  • « l’amour » : sommes-nous des signes de l’Amour de Dieu dans notre monde?
  • « la communion avec Dieu et avec les autres » : notre foi se concrétise-t-elle par des fruits ‘tangibles’ dans nos relations avec Dieu et avec les autres?

Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’homélie prononcée par fr. François ci-après. Nous vous souhaitons une bonne écoute.

Bientôt une nouvelle communauté à St Bonaventure!

La seconde partie de notre chapitre custodial s’est tenue du 2 au 5 avril à Lourdes. Au cours de ce chapitre, le définitoire élu en février a procédé à la constitution des communautés des frères relevant de notre custodie de France – Belgique. La communauté de Saint Bonaventure verra ainsi les départs de Fr. François et Fr. Piotr, et l’arrivée des frères Bernard Cerles et Pierre Andries, actuellement à Tarbes. Après une dizaine d’années dans notre ville, Fr. Piotr rejoindra le couvent Saint François de Cholet fin octobre. Fr. François, quant à lui, quittera Narbonne, après 24 ans de présence dont 16 en tant que gardien (responsable) de la communauté. Il est nommé gardien du couvent Saint Maximilien de Lourdes à compter du 1er septembre. Vous pouvez retrouver la composition de toutes les communautés sur le site de notre custodie ici et les photos correspondantes .

A la rentrée prochaine, la communauté de Narbonne sera donc composée des frères suivants : Fr. Bernard (gardien), Fr. Pierre et Fr. Charles. Nous remercions les frères ‘partants’ pour toutes ces années passées parmi nous et tout ce qu’ils nous ont donné. Nous accueillons avec joie les frères ‘entrants’. Nous assurons ‘entrants’ et ‘sortants’ de notre prière et de notre soutien.

De gauche à droite : fr. Charles, fr. Bernard (gardien), fr. Pierre.

 

Pâques : une fête pour voir et croire !


Nous voici maintenant au terme de la Semaine Sainte et nous célébrons le Saint Jour de Pâques. Ce jour, le plus important de l’année pour nous chrétiens, fait mémoire de la Résurrection de Jésus. Elle nous rappelle que la Vie est plus forte que la mort, que l’Amour est plus fort que la haine. Elle nous ouvre à l’espérance et nous redit que rien n’est perdu, que la mort ne saurait avoir le dernier mot. Nous vous proposons de revivre quelques temps forts de cette Semaine Sainte à travers nos albums et les homélies prononcées à l’occasion de la Veillée Pascale et de la messe du Jour de Pâques.


♦ Homélies

  • Veillée Pascale en la basilique Saint Paul Serge (P. Olivier Escaffit, cathédrale Saint Just – Saint Pasteur)

  • Messe du Saint Jour de Pâques dans notre église Saint Bonaventure (Fr. François)

♦ Albums photos :


Les Franciscains de Narbonne vous souhaitent de bonnes fêtes de Pâques.

Que la Joie du Christ Ressuscité vous illumine !