Attentat de Saint Etienne de Rouvray : rassemblement interreligieux en la cathédrale de Narbonne

A la suite de l’attentat de Saint Étienne de Rouvray qui a coûté la vie au Père Jacques Hamel, un rassemblement interreligieux a eu lieu hier en la cathédrale Saint Just – Saint Pasteur de Narbonne.

RassemblementInterreligieux

Rassemblement interreligieux en la cathédrale de Narbonne (30 Juillet 2016).

Après le mot d’accueil du Père Olivier Escaffit et l’introduction de M. Christophe Cabrier, Président du Groupe Interreligieux pour la Paix – Aude (GIP11), différents représentants responsables religieux de la ville se sont relayés au micro pour rappeler que les religions sont sources de paix et non de conflit, d’unité et de non de séparation. Elles ne sauraient servir de prétexte à des attentats terroristes. Nous reproduisons ici l’intervention du vicaire épiscopal, fr. François-Xavier Bustillo.

J’adhère totalement au communiqué de notre groupe interreligieux. J’ajoute une réflexion par rapport à l’acte de violence et de cruauté ritualisés qui a coûté la vie à un prêtre.

L’âge des fanatiques (19 ans) et l’âge de la victime (86 ans) ne me laissent pas indifférent.  Je sens un appel à ma responsabilité de guide spirituel. Deux jeunes qui sortent de l’adolescence commettent un acte cruel et irréparable : priver un être de la vie. Comment arrivent-ils à un tel acte ? Je me pose la question de l’éducation, de la famille, de l’école, du travail, de l’accompagnement spirituel, … Une société civilisée ne peut pas être indifférente à la dimension spirituelle de l’homme. Autrement, l’homme devient un prédateur sans foi ni loi, un être barbare. Nos jeunes reçoivent souvent des valeurs molles et  éphémères. Nous vivons dans une société d’hyper communication virtuelle qui atrophie la vie relationnelle. L’autre est perçu sous un mode binaire, allié ou ennemi, sans recherche d’altérité.

En tant que responsable religieux, il me semble urgent de former les enfants et les jeunes au goût de la vie, au sens de la vie, au but de la vie. Les former à l’espérance, au respect. Jésus prêche l’amour, un amour plus fort que la mort. Notre civilisation blessée ne doit pas se contenter de constater les failles sociales. Nous devons agir, chacun selon sa responsabilité, pour bâtir une civilisation de l’amour et de l’espérance. Sans un but heureux, sans des modèles d’hommes et de femmes solides et de communion, nos jeunes chercheront des paradis virtuels mortifères.

Je conclus avec la prière de Saint François : « Seigneur fais de moi, un instrument de ta paix, là où il y a la haine que je mette l’amour ; là où est la discorde que je mette l’union. »

Le rassemblement s’est clôt sur un temps de recueillement à la suite duquel les participants ont été invités à se serrer la main, en signe de fraternité. Cet événement a également été couvert par la presse locale : voir ici.

Enfin, cet attentat ayant eu lieu en pleine année jubilaire, nous vous proposons d’écouter et de méditer cet enseignement du Père Matthieu Villemot, prêtre du diocèse de Paris, sur le thème « La miséricorde comme arme contre le terrorisme ? ». Cet enseignement, très accessible, a été donné dans le cadre des « Jeudis théologie » du Collège des Bernardins. Il nous rappelle que la paix commence avec notre propre conversion. De plus amples informations sur l’intervenant sont disponibles ici.

 

Attentat de Saint Étienne du Rouvray : initiatives à Narbonne

A la suite de l’attentat perpétré à Saint Étienne du Rouvray, nous publions différentes initiatives qui ont vu le jour et dont nous avons eu connaissance :

  • En France, vendredi 29 juillet : journée de prière et de jeûne pour notre pays et la paix dans le monde à l’appel des évêques de France. Vous pouvez retrouver la déclaration de Mgr. Pontier ici.
  • A Narbonne : différents temps de prière vous sont proposés :

StSac6♦ Vendredi 29 juillet, à l’initiative des Pères Clarétains de l’église Notre Dame des Champs:
Adoration du Saint Sacrement à partir de 9h45 (après la messe de 9h) jusqu’à 18h : un temps pour intercéder pour notre pays, pour les victimes du terrorisme et demander au Seigneur la paix en France et dans le monde.
Mobilisons-nous ! Venez nombreux ! 

holy_spirit_as_dove_detail♦ Samedi 30 juillet, à l’initiative du Groupe Interreligieux pour la Paix  de l’Aude (GIP11), affilié à la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix-France (CMPR – France) :
Temps de prière et de recueillement inter-religieux, en présence des responsables religieux de toute la ville.
A 12h00 en la cathédrale Saint Just – Saint Pasteur de Narbonne.

♦ Dimanche 31 juillet : à la demande de notre évêque, Mgr. Planet, dans toutes les messes célébrées dans le diocèse de Carcassonne – Narbonne, il y aura une intention à la prière universelle pour les victimes de cet attentat.

Venez nombreux participer à ces différentes initiatives. Il est de notre responsabilité de chrétien d’agir pour la paix, et deux moyens simples (mais efficaces) mis à notre disposition par l’Église sont la prière et le jeûne. Illustration ? La parabole du juge inique reproduite ci-après :

Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.” Longtemps il refusa ; puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” » Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Évangile selon Saint Luc, chap. 18, 1 – 8).

 

Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray

A la suite de l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, nous publions le communiqué de notre évêque, Mgr. Planet, ainsi que celui de Mgr. Lebrun, archevêque de Rouen et de Mgr. Ricard. Le texte intégral de chaque communiqué est accessible en suivant ces liens : [Mgr. Planet] [Mgr. Lebrun] et [Mgr. Ricard]. Nous en avons extrait trois passages:

CroixNous ne devons pas répondre par la haine ni par les accusations mais par un surcroît de charité et une prière plus fervente (Mt 5, 38 – 48).

+ Alain PLANET

L’Église catholique ne peut prendre d’autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes. Je laisse ici (NDLR, à Cracovie) des centaines de jeunes qui sont l’avenir de l’humanité, la vraie. Je leur demande de ne pas baisser les bras devant les violences et de devenir des apôtres de la civilisation de l’amour.

+ Dominique LEBRUN.

Devant cette situation, il est important de rester calmes et vigilants. Mais ne cédons ni à la peur ni à la panique. C’est ce que recherchent justement ceux qui veulent déstabiliser notre pays. Certains seraient trop heureux d’ouvrir chez nous une guerre de religion. L’amour seul peut vaincre la haine. Ne cédons pas au piège. Cela ne serait conforme ni à l’Évangile ni à l’idéal républicain.

+ Jean-Pierre RICARD.

Vous trouvez également une interview de Mgr. Lebrun ici, et la réaction du Pape François .

croixA la demande de notre évêque, dimanche 31 juillet, il y aura une intention à la prière universelle pour les victimes de cet attentat dans chaque célébration de notre diocèse.

Pour notre part, nous portons dans notre prière le Père Jacques Hamel, ainsi que les autres victimes, leurs familles et toute la communauté chrétienne du diocèse de Rouen.

Nous demandons au Seigneur, par l’intercession de Saint François d’Assise, de nous donner la force, la lucidité et la foi pour toujours agir en faveur du bien et de la paix dans notre société car « seul l’Amour est force de création » (Saint Maximilien Kolbe).


Qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? la détresse ? l’angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger? le glaive ? En effet, il est écrit : « C’est pour toi qu’on nous massacre sans arrêt, qu’on nous traite en brebis d’abattoir ». Mais, en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés. J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l’avenir, ni les Puissances, ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur (Rm, 8, 35 – 39).