La mission : un subtil équilibre entre onction et fonction !

Dimanche dernier, nous avons célébré la journée mondiale des missions. Pendant l’eucharistie, nous avons écouté des textes bibliques forts (voir ici) qui nous ont nourris et ont fortifié notre vie intérieure. Mais plus encore, la Parole de Dieu nous envoie en mission : ‘Allez donc et de toutes les nations, faites des disciples‘ disait Jésus à la fin de l’Évangile de Matthieu (Mt, 28, 19). Nous sommes donc tous des missionnaires, quel que soit notre état de vie. Nous sommes tous envoyés pour annoncer la Bonne Nouvelle : Jésus Christ mort et ressuscité !

Dans son homélie, fr. François nous a rappelé que, sur notre chemin, un danger nous guette : celui de l’idolâtrie qui nous fait oublier qui nous sommes en réalité. Par notre baptême, nous sommes prêtres, prophètes et roi. Nous avons donc reçu une onction et la mission est un équilibre subtil entre l’onction et la fonction. Nous vivons trop souvent avec passion les fonctions, en oubliant notre consécration du baptême et notre appartenance à Dieu. Que faire pour ne pas oublier ? Que signifie ‘rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu‘ comme nous l’avons entendu dans l’Évangile ? Réponse dans l’homélie prononcée par fr. François.

Journée mondiale des missions : « Allez et de toutes les nations, faites des disciples »

Aujourd’hui, nous arrivons au terme de la Semaine Missionnaire Mondiale qui se conclut par la Journée Mondiale des Missions. Cette année, elle revêt une saveur particulière puisque nous sommes au cœur d’une année jubilaire. A cette occasion, le Pape François a publié un message où il souligne le lien étroit qui existe entre la mission et la miséricorde, encourageant tous les chrétiens à aller vers les périphéries annoncer la Joie de l’Évangile et la Miséricorde de Dieu pour tous :

« Au cours de cette Journée missionnaire mondiale, nous sommes tous invités à  “sortir”, en tant que disciples missionnaires, chacun mettant au service des autres ses propres talents, sa propre créativité, sa propre sagesse et sa propre expérience en ce qui concerne l’annonce du message de la tendresse et de la compassion de Dieu à l’ensemble de la famille humaine. Sur la base du mandat missionnaire, l’Église prend soin de ceux qui ne connaissent pas l’Évangile, parce qu’elle désire que tous soient sauvés et arrivent à faire l’expérience de l’amour du Seigneur. Elle a pour mission d’annoncer la miséricorde de Dieu, cœur battant de l’Évangile  et de la proclamer dans tous les coins de la terre. »

Pour illustrer les propos du Saint Père, nous vous partageons dans cet article la très belle expérience de la mission vécue par deux de nos frères, fr. Jack du couvent Saint Antoine de Bruxelles, et fr. Antonio, actuellement en communauté  en Espagne. Comme Saint François d’Assise et ses premiers compagnons, nos deux frères sont partis cet été pour vivre une mission itinérante en Catalogne, sans argent mais en comptant sur la Providence pour le gite et le couvert. La suite ? Fr. Jack vous la raconte dans cette vidéo!

Pour en savoir plus sur notre vie à la suite de Saint François,
retrouvez-nous sur notre blog Vocation Franciscaine.

La mission : passion pour Jésus et passion pour les hommes

Nous célébrons la semaine missionnaire mondiale du 12 au 18 octobre. Cette semaine se termine avec la journée des missions qui aura lieu ce dimanche. Afficher l'image d'origineA cette occasion, le pape François a publié un message où il développe le lien étroit qui unit la vie consacrée et la mission. En effet, pour le pape, « puisque toute l’existence du Christ a un caractère missionnaire, les hommes et les femmes qui le suivent de plus près assument pleinement ce même caractère. ». Le Saint Père développe ensuite sa pensée et précise ce qu’il entend par mission. Pour lui, « la mission n’est pas prosélytisme ou simple stratégie. Elle fait partie de la « grammaire » de la foi. […] Elle est aussi passion pour Jésus Christ et, en même temps, passion pour les personnes. […] En l’Église, tous sont appelés à annoncer l’Évangile par le témoignage de la vie. Aux consacrés, il est demandé en particulier d’écouter la voix de l’Esprit qui les appelle à aller vers les grandes périphéries de la mission, parmi les peuples auxquels n’est pas encore parvenu l’Évangile. ». La mission est donc « quelque chose d’indispensable pour celui qui se met à l’écoute de la voix de l’Esprit qui murmure « viens » et « va ». Celui qui suit le Christ ne peut que devenir missionnaire. ». Le pape François encourage donc à proposer à nouveau l’idéal de la mission centrée sur Jésus Christ, et dans son exigence : le don total de soi en vue de l’annonce de l’Évangile. Et il s’adresse aux jeunes avec force :

«  Ne vous laissez pas voler le rêve d’une vraie mission, d’une « sequela Christi » qui implique le don total de soi. »

Le pape François a également relevé que « l’évangélisation s’adresse de manière préférentielle aux pauvres, aux petits, aux infirmes, à ceux qui sont souvent méprisés et oubliés, à ceux qui n’ont pas de quoi payer de retour. » (cf. Lc 14,13-14). Il encourage de plus les consacrés à « promouvoir dans le service de la mission la présence des fidèles laïcs » car « ce sont des frères et des sœurs qui désirent partager la vocation missionnaire inhérente au Baptême. ». Enfin, le pape François a conclu son message par ces mots :

«  La passion du missionnaire est l’Évangile. […] L’Évangile est source de joie, de libération et de salut pour tout homme. […] La mission des serviteurs de la Parole – évêques, prêtres, religieux et laïcs – est celle de mettre tout un chacun, sans aucune exception, en rapport personnel avec le Christ. Dans l’immense champ de l’action missionnaire de l’Église, chaque baptisé est appelé à vivre au mieux son engagement, selon sa situation personnelle. Une réponse généreuse à cette vocation universelle peut être offerte par les consacrés et les consacrées au travers d’une intense vie de prière et d’union avec le Seigneur et avec son sacrifice rédempteur. »

Le texte intégral de ce message est accessible ici. Rappelons que nous vivons actuellement l’année de la vie consacrée. De plus amples détails .