IL VIENT !

ATTENTION INFORMATIONS IMPORTANTES!

Chers Frères et sœurs,

Les indications concernant ce week-end : 1 place sur trois et 1 banc sur deux.

La messe sera célébrée le samedi soir,  comme d’habitude à 18h15 à St Jean-St Pierre.

Elle sera célébrée le dimanche à St Bonaventure à 10h30 et à 18h30. 

Entre Christ-Roi et le premier dimanche de l’Avent, c’est le passage d’une année liturgique à l’autre, avec cette certitude : Il vient !

Dans l’évangile de dimanche dernier, cette venue est celle de la fin des temps mais aussi celle de chaque jour : celui qui est dans le besoin est manifestation de celui qui vient dans l’humilité et la pauvreté. C’est le Christ qui a faim, soif, étranger, nu, malade ou en prison. Quand on regarde la vie de Jésus, nous constatons qu’il a vécu toutes ces situations.

C’est pourquoi en ces temps difficiles où celui qui vient ne peut être rejoins avec nos frères et sœurs dans l’assemblée eucharistique, nous pouvons toujours vivre sa présence dans la rencontre de Charité. « Servir les pauvres, disait St Vincent de Paul, c’est servir Dieu ! » et à une fille de la charité qui se demandait s’il fallait se rendre au chevet d’un malade alors qu’elle était en oraison, il répondait que ce n’était « quitter Dieu, que de quitter Dieu pour Dieu. »

Ceci dit l’eucharistie reste la source et le sommet de notre vie ecclésiale, et que sitôt que cela sera possible, nous serons invités à rejoindre celui qui vient à nous sous les humbles espèces du pain et du vin consacrés.

Dans l’évangile du dimanche qui vient, c’est presque le même message : restez éveillé. Autrement dit soyez vigilants au sens du discernement. Car il vient, certes, mais ce peut être à l’improviste. Il faut donc être prêt à l’accueillir, quelque soit le mode par lequel il reviendra.

Ce passage de l’évangile selon St Marc, dont nous commençons la lecture en cette année B, nous laisse entendre qu’à nous, ses serviteurs, Dieu donne tout pouvoir, au sens de service, s’entend. Et précisément, ce service s’accomplit dans la charité.

« Il ne faudrait pas qu’il noud trouve endormis » ajoute le Seigneur. Cette torpeur peut avoir beaucoup d’origine : la fatigue, l’anxiété, le manque de motivation, en tout cas une frilosité dans l’attente de celui qui vient.

Qu’est-ce qui pourrait nous tenir éveillés sinon ce désir qui, dans la première lecture, nous fait soupirer avec le prophète Isaïe : « Ah ! Si tu déchirais les cieux et si tu descendais ! »

F Bernard-Marie, franciscain.

Ce contenu a été publié dans Divers par ofmconvnarbonne. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos ofmconvnarbonne

Nous sommes les frères franciscains conventuels de Narbonne. Franciscains renvoie à notre fondateur, Saint François d'Assise. Conventuels désigne les frères qui vivent dans des couvents. Nous sommes présents à Narbonne depuis le 13e siècle. Aujourd’hui, en fraternité, nous voulons vivre l’Évangile et le communiquer avec passion à nos contemporains.